Edition du catalogue raisonné thématique - La captivité

Exposition du 21 septembre 2019 au 15 Avril 2020 au Centre Européen du Résistant Déporté – Camp du Struthof

 

Origine du projet

L’association les Amis d’Henry Simon, créée peu de temps après la disparition de celui-ci, s’est donnée pour objet de  »recenser l’ensemble des œuvres de l’artiste » et ceci, bien sûr, dans le but de mieux connaître – ou même tout simplement de connaître – l’étendue de l’œuvre d’Henry Simon.Aujourd’hui l’association a pu recenser (présenter et photographier) 5825 créations ! et qui ne sont peut-être que la moitié de l’œuvre d’Henry Simon que nous estimons en tout cas au moins à 10 000 œuvres !Recenser demande à la fois beaucoup de technique et beaucoup de patience, de persévérance. De la patience, car il faut retrouver soixante années d’une production dispersée et pour cela nous avons besoin de l’aide des adhérents de l’association, de nos amis, des admirateurs d’Henry Simon …De la technique aussi, car un tel recensement n’est pas une énumération, car chaque pièce doit être décryptée, présentée, définie et photographiée. Vaste travail qui vise à mettre toutes ces œuvres à la disposition de tous et à permettre, aboutissement espéré, l’édition d’un catalogue raisonné.

Projet ambitieux tant sa réalisation est onéreuse.La décision du Centre Européen du Résistant Déporté d’organiser une exposition à partir de son témoignage Compagnons de Silence et celle du recteur d’exposer en même temps à la Basilique du Mont Sainte-Odile son Chemin de Croix ont résonné comme un encouragement à entreprendre cette tâche, en commençant le catalogue raisonné de tout l’œuvre d’Henry Simon par un Tome consacré à ses œuvres de captivité. Henry Simon, par son travail, aux heures sombres de sa vie, a voulu témoigner, avec toute l’humanité de son regard, afin que ne se perde pas le souvenir de ce que ses compagnons et lui-même ont subi. En publiant ce volume il nous semble contribuer un peu à maintenir vivante cette mémoire.

 

 

 

                     Henry Simon « Compagnons de silence »

La nouvelle exposition artistique présentée par le CERD porte sur l’artiste Henry Simon (1910 – 1987), emprisonné dans un Stalag en Prusse Orientale durant la Seconde Guerre mondiale. Du 21 septembre 2019 au 15 avril 2020 – entrée libre

L’expérience que relate Henry Simon au travers sa série « Compagnons de silence » dépasse la réalité factuelle qu’il dépeint. Son trait précis et doux, son usage subtil des couleurs donnent à voir une réalité brutale : celle de l’univers clos, des corps contraints, de l’expérience nouvelle et âpre de la privation de liberté. Surtout, dans les portraits qu’il dresse de ses camarades d’infortune ou de lui-même transparaît une profonde humanité qui confère à son œuvre une dimension universelle. Henry Simon accorde une attention extrême aux postures corporelles, aux regards, cherchant finalement à représenter l’âme des hommes.L’artiste résumait lui-même le sens de sa démarche de cette façon : « la grandeur de l’homme ne consiste pas à subir. Elle réside surtout dans le fait de vouloir dominer les situations désespérées ; et ça, je dois dire, c’est quelque chose de merveilleux de pouvoir se retrouver soi-même, de se retrouver entier ».Le Mont Sainte-Odile expose en parallèle le chemin de Croix réalisé par Henry Simon au Stalag IB ainsi que sa version définitive réalisée au retour de captivité.Le Stalag I-B, camp de prisonniers de guerreLe Stalag, abréviation de Stammlager, (camp de prisonniers de guerre pour les non officiers), I-B, lieu de détention de Henry Simon, a été créé par les nazis en 1939 pour y interner des prisonniers polonais, puis avec le développement du conflit, des soldats belges, français, serbes, soviétiques et italiens.Il était situé à deux km de Hohenstein, en Prusse orientale, devenu Olsztyek en territoire polonais après-guerre.L’effectif s’élevait à plus de 30 000 prisonniers dont la presque totalité était répartie dans des détachements de travail.La plupart des prisonniers travaillaient dans des Kommandos agricoles. Les autres dans l’industrie et les administrations de la ville.On estime que plus de 650 000 prisonniers transitèrent par ce camp.
Le Stalag I-B a été évacué début 1945 devant l’avancée de l’Armée rouge.

Henry Simon a raconté : « Il est certain qu’au début tout le monde était parqué comme des bestiaux et puis, progressivement, il s’est fait un tri. Les gens de la ferme sont allés dans les fermes, les artistes sont restés dans le camp et puis les allemands ont vu qu’il y avait peut-être un moyen pour eux de faire une propagande intéressante en leur permettant de s’exprimer. Si bien qu’ils avaient, un peu dans tous les camps je crois, édifié une baraque particulière pour les artistes en leur donnant du matériel pour travailler…. ».

TV Alsace :Une nouvelle exposition d'Henry Simon au CERD

Publié le Lundi 30 Septembre 2019.Une nouvelle exposition est à découvrir au Centre européen du résistant déporté. Elle offre un aperçu sur le quotidien des prisonniers de guerre à travers le regard d’Henry Simon, artiste peintre. Une vingtaine d’aquarelles issues des dessins réalisés durant sa captivité sont visibles à travers l’exposition Henry SIMON – Compagnons de Silence.

Rénovation et extension de l’Atelier Henry Simon-Les Rimajures.

  Henry Simon décède en 1987, la ville de saint gilles croix de vie récupère le terrain. En 2005, sa fille décide d’acquérir le site à titre privé pour le restaurer et le dédier à la mémoire de son père. En 2014, Anne Simon-Feuillâtre, fille d’Henry Simon propose à la ville de Saint-Gilles-Croix-de-Vie de racheter le site. Interview RCF de Francois Blanchet

l homme a la capote

 

 

 

 

 

Don de l’œuvre « l’homme à la capote »

De Monsieur Hervé LE GOFF .
Les donations sont toujours une excellente nouvelle pour l’association les Amis d’Henry Simon. Nous profitons de ce don pour remercier chaleureusement toutes les personnes qui contribuent à nous soutenir tout au long de l’année : les adhérents, bien sûr, mais aussi tous les amis qui suivent notre actualité sur notre site, sur les réseaux sociaux ainsi que sur les médias Presse et TV. Un remerciement tout particulier à nos donateurs et dernièrement à Monsieur Hervé LE GOFF pour l’œuvre recensée 03552 « l’homme à la capote ». Nos remerciements les plus sincères pour sa donation. A tous, merci et à très bientôt.

Henry Simon à Challans

 

Un rendez-vous solidaire artistique : L’opération, à l’initiative des bénévoles de Challans, se renouvelle pour une deuxième édition. L’objectif était  de réunir des fonds et récolter des dons pour la Ligue contre le Cancer ainsi que de faire connaître les ateliers et services proposés par l’association. Pour ce nouveau rendez-vous, 15 artistes locaux et locales étaient présents : peintres, sculpteurs, portraitistes et une céramiste. Une exposition d’affiches du peintre Henry Simon a été également organisée en partenariat avec l’Association « les Amis d’Henry Simon ». Le thème choisi pour l’exposition Les arts se liguent contre le cancer est celui de la lecture. En effet, Henry Simon, peintre du mouvement dans la lumière, peintre témoin de son temps, n’a eu de cesse de peindre la vie sous toutes ses facettes. La nature bien sûr, et aussi, surtout, l’Homme dans toutes ses activités, familiales, professionnelles, ludiques et culturelles. L’intellectuel, la jeune fille, la grand-mère, les élèves et même les prisonniers de guerre sont ici croqués dans leur lecture partagée ou intime. Des extraits de grands auteurs accompagnent ses œuvres.

 

Adhésion 2019 - Association les Amis d'Henry Simon